Chagrins d’amitié

Il y a quelques mois, j’écrivais sur les bienfaits apportés par la solitude et l’introspection qui s’y associait.

Aujourd’hui j’ai envie de parler de l’autre versant, celui des méfaits.

Je n’ai jamais été quelqu’un d’amicalement très entourée. Phobie sociale ou simple méfiance, j’ai beaucoup de mal à me lier aux gens ou, plus précisément, je ne parviens pas à briser cette carapace me permettant d’être moi-même dès le départ. J’ai besoin d’observer et de jauger la personne en face de moi avant d’être assez en confiance pour m’ouvrir petit à petit. Nombreux sont ceux pensant me connaitre mais rare sont ceux auprès de qui, je suis la vraie moi. C’est pourtant bien plus une protection inconsciente qu’une volonté de mettre un masque.

J’ai fais ce choix il y a quelques mois de m’accorder la pause nécessaire professionnellement pour penser à moi, réaliser si possible des projets qui me tiennent à cœur et je ne le regrette absolument pas. Néanmoins je ne pensais pas que ça s’accompagnerait à ce point de solitude. Perte des repères professionnels, le cercle de mes interactions quotidiennes en a pris un sacré coup et c’est là que j’ai pleinement réalisé ce vide. Et ce n’est pas de cette solitude bienfaitrice dont je parlais précédemment mais plutôt de ce vide qui vous tient éveillée la nuit, la boule au ventre et vous fait tout remettre en question.

Je suis pourtant si fière de la vie que j’ai réussi à construire, de la femme que je suis devenue. Mais ce vide est un parasite latent qui se love à l’intérieur, bien au chaud. J’ai pris du recul depuis ces derniers mois et ça m’a aidé à prendre conscience des schémas amicaux que j’ai reproduis inlassablement depuis toute jeune. Je me lie très facilement aux gens d’apparence solaire, ces personnes très sociables qui parviennent à faire intrusion très facilement dans ma vie. Malheureusement, ce n’est que façade et il se cache derrière une amitié ni saine, ni bienveillante mais clairement toxique.

Et pour ça, j’ai cette chance inouïe d’avoir une meilleure amie du tonnerre qui réussi à réveiller des rêves enfouis et me donner cette impulsion de croire en moi, me monter vers le haut en donnant un sens à mon quotidien. Une amitié vraie qui, malgré les hauts, malgré les bas, demeure, se construit, se renforce et m’apporte une stabilité amicale qui me manquait tant.

Et je remercie aussi l’univers d’avoir mis mon amoureux sur ma route. Il a toujours été là à l’écoute, toujours compréhensif, toujours dans la bienveillance et je dois dire que c’est grâce à lui que j’ai envie de changer les choses et repartir à zéro dans ma vie et apprendre à m’ouvrir davantage à autrui.

Ce voyage en Écosse en solitaire a été sacrément utile pour lâcher prise et faire la paix avec ces amitiés que je n’ai pu sauver, me libérer du mal qui m’a été fait et à me pardonner d’avoir tenté et de m’être trompée. J’arrête d’essayer de comprendre et contrôler ce que je ne peux comprendre et contrôler. La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il faut apprendre de ses erreurs, apprendre à ne plus donner trop d’importance aux personnes qui ne le méritent pas et à ne plus en faire une affaire personnelle (cf. 4 accords Toltèques).

La vie est ce qu’elle est et les gens sont ce qu’ils sont. Vous ne pouvez forcer quelqu’un à être là pour vous malgré que vous ayez été là pour lui. Une amitié se doit d’être bienveillance et saine. C’est la base d’une relation, peu importe sa nature, il faut être deux et si l’un ne fait pas sa part de chemin vers l’autre, posez-vous les bonnes questions.

Fixez-vous les limites au-delà desquelles une amitié n’est plus viable et trouvez les ressources en vous pour changer ce qui ne vous convient plus. Et si ça implique de devoir faire le vide autour de vous, est-ce si grave ? Le principal n’est-il finalement pas d’être avec ceux de qualité plutôt qu’absorber de la quantité à vos dépends ? La vie est bien trop courte pour s’entourer de personnes vous tirant vers le bas plutôt que vous aider à développer votre potentiel.

En faisant lire cet article à mon copain il a eu une double réaction et c’était très intéressant. D’une part son soutien sans faille à apprécier le travail que je fais et les réflexions que je peux avoir sur la vie, les relations humaines, etc. D’autre part cette inquiétude bienveillante de me voir me livrer autant sur un sujet si intime. Et c’est là que j’ai réalisé que le regard que les gens peuvent porter sur moi ne m’atteint plus.

Il y a quelques années, il aurait été inconcevable pour moi de me confier sur un sujet si tabou voir honteux. Évidemment ! Personne ne veut montrer ses faiblesses. Mais aujourd’hui je n’ai honte de rien parce que ça c’est la vraie vie et que j’ai créé ce blog pour justement pouvoir me libérer et me livrer via l’écriture. C’est avant tout un blog Feel Good et j’ai pour point d’honneur de proposer et rédiger du contenu qui me ressemble à 100% sinon je ne vois vraiment pas quel intérêt pour vous et pour moi.

Certains pourrons en rire, et grand bien leur face si derrière je peux ne serait ce que toucher ou déculpabiliser quelqu’un de traverser une telle phase. Car Oui, les choses ne sont pas figées dans le temps ! Ce que l’on vit à une étape de vie ne signifie pas qu’elle durera toujours ! Et cet article était avant tout pour parler de ces périodes où on remet tout en question, pensant ne pas être à la hauteur et ne pas être « aimable ».

Je veux déculpabiliser et soulager celui ou celle qui en souffre, qui pourrait avoir des idées noires et tout simplement dire qu’on ne devrait pas avoir honte d’être qui nous sommes. Soyez avant tout bienveillant envers vous même et si pendant un temps vous êtes seul parce que les gens n’ont pas su voir en vous votre beauté, ce n’est pas grave. Et j’invite quiconque qui voudrait en parler en privé à me contacter parce que ça fait toujours du bien et que je suis aussi là pour ça et surtout, parce qu’en fait j’ai menti, vous n’êtes pas seul(e). ❤

L’amitié c’est comme l’amour, ça vous apporte son lot de bonheur, son lot de chagrins, son lot de déceptions, son lot de deuils. N’ayez pas honte d’être qui vous êtes, et si votre petite voix vous alerte, écoutez-la, toujours.

6 commentaires sur “Chagrins d’amitié

  1. Je suis fière de voir ton évolution ce faire tous les jours ! Je suis fière de la femme que tu deviens et je suis fière dêtre dans cette sphère intime ! Je suis fière de t’avoir comme partner in crime et bien évidement je suis ta première fan 😉
    Kiss kiss love ❤

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s